Salut les apnéistes,

Mardi passé se déroulait la deuxième édition du cycle de conférences Universal Freedivers. Cette année, j'avais invité Jean-Marc Rodelet, le président de Sharkschool Europe pour nous parler de l'éthologie des requins et de l'intéraction homme/apnéiste-requin.

Ce fut un vrai succès avec près de 70 participants réunis dans un auditoire de l'Université Catholique de Louvain. Merci à Andy, Muriel et Charlotte d'être passés pour m'aider à gérer tout cela :-). Je m'en voudrais également d'oublier Eric et sa ptite femme Anne-Marie, l'un pour les photos et l'autre pour avoir placarder le campus ;-).

La conférence commence par une petite présentation de Universal Freedivers, ses idées fondatrices, son blog et ses membres actifs. Je conseillle alors à toute personne intéressée de s'inscrire à la newsletter du site (dans la colonne de droite de cette page) puisqu'il s'agit d'un moyen facile d'être au courant des différents évènements que l'on organise. Je remercie également chaleureusement mes sponsors Pure-Apnea, AIDA International et Photo Maggioni qui me sont fidèles depuis l'année passée, auquel vient s'ajouter Sharkschool Europe cette année. Merci enfin à Claude, Alexis et la commission apnée de la LIFRAS pour avoir trouvé ce bel auditoire pour la conférence.

Conference 0001Photo par Eric Stéveler.

Je présente ensuite Jean-Marc Rodelet (vous pouvez trouver cette information sur le site de Sharkschool Europe) avant de lui laisser la parole.

La première partie de son exposé a pour sujet la peur panique associée aux requins et la façon dont les médias (publicité, livres, films, etc) la propagent.

uf.conf.group.21-05-2013.edited-copie-1Photo par Eric Stéveler.

Jean-Marc explique ensuite à quel point cette crainte n'est pas fondée. Ainsi, par exemple, le grand requin blanc a une distribution mondiale et donc, s'il était si dangereux que cela, il y aurait beaucoup plus d'accidents! En règle générale, il faut faire attention aux statistiques. Sur la période 2000-2012, la moyenne est de 90 accidents par an. Mais par "accident", on peut simplement parler de la bousculade d'un kajak. Cette moyenne se décompose de la manière suivante: 24% sans blessures, 56% sans gravité, 11% graves et 9% mortels. Parmi ces accidents, 33% viennent des surfers, qui peut donc être considérées comme une "activité à risque". Pour la boutade, il raconte également que, à New-York, 1500 personnes par an sont mordues par quelqu'un d'autres dans le métro...D'un autre côté, les cerfs, les chiens et les hippopotames, etc. tuent beaucoup plus que les requins. Les crocodiles tuent en 1 an ce que les requins tuent en 1 siècle…Je vous laisse tirer les conclusions de ce qui précède mais en résumé, le requin est le super prédateur qui tue le moins au monde! Malgré cela, officiellement 73 millions de requins sont tués par an. Officieusement, le double pourrait être vrai. Jean-Marc n'hésite pas à parler d'une vrai bombe écologique à retardement qui est à l'œuvre actuellement.
 
Conference-0023.JPGPhoto par Eric Stéveler.
 
Sharkschool Europe fait de l'enseignement mais aussi de la recherche, ce qui leur a permis de démonter pas mals de mythes sur les requins. Jean-Marc va ainsi réfuter une longue liste de mythes aussi fortement ancrés dans la croyance collective que celui affirmant que le sang humain excite les requins...Et bien, c'est faux! Le requin ne reconnait pas l'odeur du sang humain (contrairement à celui du poisson, c'est pourquoi la pêche sous-marine peut-être considérée comme une activité à risque). Je vous livre ici 2 références scientifiques du travail de Erich Ritter de Sharkschool Europe.
 
-Use of forensic analysis to better understand shark attack behaviour. Ritter E, Levine M.J Forensic Odontostomatol. 2004 Dec;22(2):40-6. 
-Bite motivation of sharks reflected by the wound structure on humans. Ritter EK, Levine M.Am J Forensic Med Pathol. 2005 Jun;26(2):136-40.
 
Le credo de Sharkschool Europe est le suivant: il n'existe pas de requins dangereux mais bien des situations dangereuses crées consciemment ou non par un tiers. Un "bel" exemple pour illustrer cela vient du sauveteur en mer qui va au secours d'une personne proche d'un requin...Il se peut très bien que la personne soit indemne mais qu'au moment où le sauveteur vient la chercher, le requin perçoive cela comme si on lui retirait son jouet et là, va réellement attaquer. Le sauveteur devrait en fait d'abord s'occuper d'éloigner le requin (voir ci-dessous) et puis seulement ramener la victime vers le rivage.
 

Vient ensuite la partie de l'exposé la plus intéressante, à savoir comment se comporter face à un requin. En règle générale, un requin qui ne peut pas s'échapper est un requin stressé, il faut toujours lui laisser le passage libre. Autres recommandations (1) il faut rester en position verticale en bougeant le moins possible. Comme il n'y a rien de vertical dans l'océan, il s'en méfiera; (2) Ne jamais frapper un requin mais le pousser gentillement au niveau de la "nuque", du museau ou des branchies. Ce dernier est le moyen le plus efficace quelque soit la taille de l'animal; (3) Il faut savoir que le requin sait quand il est vu et alors il s'approche plus difficilement.

Pour les apnéistes en particulier, il faudrait aussi faire attention aux 3 points suivants: (4) Avant l'immersion: évaluer la situation et ne pas descendre s'il n'y a pas au moins 6 mètres de fond (sinon le requin est trop stressé); (5) Pendant l'immersion, il faut garder ses distances, c'est-à-dire au moins 2 fois la longueur du corps du requin et éviter les mouvements erratiques; (6) Après l'immersion, attention à ne pas se faire suivre. Remonter en diagonale vers le haut et si le requin suit de trop près, lui présenter calmement une palme. Il va y "goûter" et puis l'interaction sera terminée.

En pratique, une semaine de formation par Sharkschool à leur base des Bahamas coûte 1.400euros (cours/logement/plongée comprise). Jean-Marc précise qu'en 15 ans d'existence, il n'y a jamais eu d'accidents avec les élèves :-). Ils prévoient également de sortir un livre en fin d'année, ainsi qu'un manuel spécial pour l'apnée sans doute pour 2014.

Après 1h30 d'exposé et pratiquement 1 heure de questions-réponses, la conférence se termine. Je pense que tout le monde est content et moi aussi!

Encore merci à tous les participants et je vous dis à l'année prochaine :-)

Feli

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :